OSTÉO ET SPORT

Parmi mes patients j’ai de nombreux sportifs de plus ou moins hauts niveaux. Beaucoup d’entre eux me consultent régulièrement alors que d’autres viennent pour la première fois sans trop savoir en quoi consiste la prise en charge ostéopathique du sportif.
Je vais vous expliquer.

Pourquoi consulter ?

Lorsqu’un sportif me demande pour quels motifs il pourrait me consulter, ma première réponse l’étonne toujours : “Pour rien”. En effet, il n’est pas nécessaire d’avoir une douleur pour venir consulter un ostéopathe (que l’on soit sportif ou non d’ailleurs).
Les sportifs consultent généralement la première fois pour une douleur précise, souvent présente depuis longtemps. Et c’est à cette occasion que nous mettons en place un suivit qui a différents objectifs : l’entretient, l’accompagnement de la performance et le travail sur les traumatismes passés et à venir.

Le sportif et la voiture de course

J’aime donner cette image à mes patients ! Lorsque je soigne un sportif c’est comme si je prenais en charge une voiture de course : on y trouve de la puissance, de la précision et des performance mais également de la fragilité et de la déstabilisation facile. L’équilibre dans tout cela est assez fin et les sportifs savent le ressentir. C’est pour cela que les consultations peuvent avoir pour motif une simple gêne ou une sensation qui parasite l’effort.
Le corps d’un sportif est son outils pour pratiquer : il ne doit pas être limité et être au maximum de son potentiel pour obtenir des résultats au moment voulu.
L’objectif du traitement ostéopathique du sportif est bien évidement de limiter la douleur mais au final ce que nous cherchons c’est surtout à faire en sorte que le corps ne soit pas un obstacle à la pratique sportive. Que ce soit une douleur ou une gène, rien ne doit occuper l’esprit d’un sportif au moment de réaliser un effort.
J’aime prendre l’exemple du coureur de 100m dans son starting-block qui ne doit avoir en tête que le fait de partir le plus vite et arriver le premier avec toute la technique que cela lui demande, plutôt que de se demander s’il va avoir mal à une ancienne blessure ou si son corps va lui permettre de faire l’effort.

Le corps du sportif est son outils mais c’est aussi l’une de ses plus grosses limitations.

La confiance en son corps est primordiale pour un sportif et c’est sur quoi nous travaillons lors de la prise en charge à long therme.

Quand dois-je venir consulter alors ?

La première consultation peut avoir lieu quand vous en avez besoin en fonction de vos douleurs ou de vos gènes. Si vous souhaitez commencer un suivi, il est conseillé de ne pas consulter dans la semaine qui précède une grosse échéance compétitive. L’amélioration des paramètres de mobilité du corps nécessite une reprise de sensation qui pourrait faire perdre du temps dans la préparation à la compétition.
Votre première consultation peut servir de bilan, dans ce cas nous allons revenir ensemble sur l’historique traumatique et sportif de votre corps afin de comprendre son développement, son fonctionnement et l’améliorer de façon optimale.
De cette façon nous pourrons également prévenir certaines douleurs compensatoires qui pourraient apparaître ou s’empirer, c’est l’aspect prophylactique de l’ostéopathie.

Combien de temps dois-je rester au calme sans pratiquer après une consultation d’ostéopathie ?

J’adore cette question ! Elle est la conséquence d’une mauvaise interprétation d’une phrase qui a plus de 100 ans et que j’appelle LE MYTHE DES 48h.
Andrew T. STILL, le créateur de l’ostéopathie, recommandait “Il est important de le trouver, mais il est tout aussi important de savoir lorsque vous l’avez arrangé et qu’il convient de le laisser tranquille pour laisser la nature faire le reste.” ce qui ne veut pas forcément dire qu’il ne faut pas faire de sport juste après une consultation mais qu’il faut laisser au corps du temps pour prendre en compte ce que je l’ostéopathe a fait avant de consulter à nouveau.
Le mémoire de fin d’étude réalisé de Gwenaëlle PELE au Conservatoire Supérieur d’Ostéopathie, sur des footballeuses professionnelles, comparait les performances entre un groupe ayant reçu un traitement et l’autre sans traitement n’a montré aucune différence significative sur les performances à l’entraînement dans les 48h qui ont suivi leurs consultations.
Le principe de précaution veut que l’on demande aux sportifs de prendre un peu plus de temps à l’échauffement lors des entraînements suivants pour prendre possession des capacités de mouvements que son corps a retrouvé. C’est pour cette raison que nous conseillons de ne pas consulter dans les jours qui précèdent une compétition, sauf pour un motif urgent qui peut limiter la performance.

Si je suis déjà suivit par un kiné ou un autre thérapeute, puis je venir consulter quand même ?

La réponse est “OUI” ! L’ostéopathie n’a pas pour but de remplacer un traitement déjà en place mais plutôt de le compléter voir même de l’optimiser légèrement. Les mobilités que nous travaillons en ostéopathie sont complètement différentes de celles que peuvent travailler les kiné par exemple. On remarque souvent que la prise en charge ostéopathique au cours d’une série de consultations en kinésithérapie peut libérer certaines petites mobilités qui permettrons au patient de libérer certains mouvements dont le kiné a besoin pour avancer avec la sportif. Il arrive même que les kinésithérapeutes eux même m’envoient des patients pour lever des limitations et gagner du temps dans la prise en charge, tout comme il m’arrive d’orienter des patients vers des kinés pour compléter la prise en charge ostéo.
Attention, l’ostéopathe ne remplacera jamais une prise en charge kiné ou d’autres spécialistes. Elle complète le suivi médical habituel mais il ne se substitue pas lui.
L’ostéopathe ne va pas faire le travail de massage, de renforcement et réadaptation des kinésithérapeutes et il aura même besoin que ce travail de rééducation soit bien fait pour que son traitement ait une efficacité optimale.

Pour conclure

Les sportifs sont des patients un peu spéciaux pour les ostéopathes et nous pouvons les voir sans blessure ou sans douleur.
L’aspect prophylactique est celui sur lequel il faut s’appuyer pour maintenir une performance ou son évolution.
L’ostéopathe a pour but de limiter l’influence des douleurs et des gènes sur la performance de l’athlète.

Merci pour votre attention jusqu’au bout de cet article. J’espère avoir éclairci certaines zones d’ombre.
N’hésitez pas à commenter, partager et à venir consulter régulièrement les articles de ce blog. Vous pouvez également me suivre sur Facebook, Twitter, Linkedin et Instagram
Prenez soin de vous.
A bientôt.
Romain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page