LE POUVOIR DU « OUI »

Hey, tu es dispo dimanche pour m’aider à déménager ? on commence ce à 7h !

Avec plaisir je serai là à 7h sans faute !

Vous vous êtes sans doute déjà retrouvé dans cette situation…mais lorsque vous vous êtes dit :

Demain j’avance sur mon projet ! Je me lève tôt et je le fais ça sera vraiment bien pour moi !

Le lendemain quand le réveil a sonné rien n’est arrivé et votre projet n’a pas avancé… comme les fois précédentes.

POURQUOI LES AUTRES ET PAS NOUS ?

C’est assez étonnant de ne pas prendre le temps pour soit alors que c’est ce que la majeure partie des gens veulent. On me dit souvent que c’est parce que ça nécessite de faire un effort pour se lever tôt… mais on y arrive pour les autres !!!

Dans les faits, on a tendance à minimiser les conséquences lorsqu’il s’agit de nous : si on aide pas un ami à déménager il sera peut être plus difficile pour lui de le faire et c’est toujours mieux de l’aider. Mais alors pourquoi ne pas nous aider nous même lorsqu’on en a besoin ?

L’autre mécanisme est le besoin de ne pas décevoir l’autre en étant là pour lui, particulièrement lorsqu’il en a besoin ou que la situation est difficile. Est-il plus simple de se décevoir soit même, de s’en vouloir à soit même de ne pas avoir fait quelque chose jusqu’à ce qu’enfin on finisse par accomplir cette tâche ?

C’EST TELLEMENT PLUS SIMPLE !

Alors c’est sur que lorsqu’on est dans son lit un dimanche à 7h du mat’ et que que l’on veut rester dedans c’est tellement simple de couper le réveil et de repartir pour deux ou trois heures de sommeil ! Ou de rester devant Netflix plutôt que de sortir du canapé et faire des choses qui importent pour nous.

POURQUOI ÇA DEVRAIT ÊTRE DIFFICILE ?

Il y a une grande marge entre faire quelque chose simple et le trouver vraiment difficile. Ce qu’il faut savoir c’est que même si la tâche que l’on veut faire est longue il ne faudra se faire violence que très peu de temps.
Parfois l’effort est simplement modéré, et surtout la violence à se faire n’est jamais très longue : pour le déménagement de votre ami vous avez dû vous faire violence pour sortir du lit et vous réveiller mais une fois lancé tout s’est bien passé et votre lit ne vous a pas rappelé tant que ça !
C’est le concept de l’inertie et des frottements que je développerait dans un article prochainement.

Il faut réfléchir à la tâche à accomplir pour lui trouver un juste milieu dans la difficulté :

  • si elle parait trop simple on ne va pas avoir de challenge et on va remettre ça à plus tard ou se dire qu’on le fera avec autre chose.
  • si elle parait trop difficile ou trop longue, on va partir défaitiste est souvent ne même pas commencer. Dans ce cas il vaut mieux découper la tâche en sous tâches moins difficiles, ou se donner un temps durant lequel nous allons nous consacrer au projet et le faire avancer au maximum.
Définir la juste motivation et la juste difficulté d’une tâche

Le concept est de sortir de sa zone de confort sans allez au delà de ses capacités. Entre les deux c’est la zone de FLOW (un article viendra sur le sujet). Il est donc important d’être conscient de nos capacité et de fixer les objectifs en fonction de nous.

SE DIRE OUI A DE LA VALEUR

Souvent lorsqu’on se décide à faire quelque chose pour nous qui va nécessiter de faire des efforts on se le dit de façon légère et on ne donne pas de valeur à cette parole. Elle n’atteint pas la valeur du OUI que l’on a donné à notre ami pour l’aider.
Il serait donc bien de réussir à donner une valeur aux OUI que vous vous donnez avec la même envie de vous aider que celle que vous avez avec les autres.
Pour cela, vous pouvez lister ou visualiser tout ce que cela apportera une fois que tâche sera accomplie : se sentir mieux, être plus efficaces, avoir plus de temps pour sa famille, avoir une maison rangée, un beau jardin, avancer dans un projet que vous avez en tête depuis longtemps (écrire un blog par exemple),… il y a des millions de raisons de donner de la valeur à votre OUI !

OK MAIS SI JE LE FAIS, IL SE PASSERA QUOI ?

En fait, il n’y a pas de vérité, la seule chose sûre c’est que si on ne fait rien, il ne se passe rien et rien ne change.
La meilleure pensée à avoir est de se dire « fais le et tu verras ».
Lorsque vous aurez terminé la tâche à accomplir vous aurez une décharge de satisfaction et de plaisir en qui passera dans votre cerveau et qui entrainera une libération de dopamine. Cette hormone est sécrétée dès que l’on a de la gratification et que l’ont arrive à accomplir quelque chose (on y reviendra avec un autre article). Cette dopamine et ses effets seront bénéfique pour votre confiance en vous même et la motivation à refaire ce genre d’action.
Ce qui est réellement important c’est ce que vous avez fait ne sera plus à faire et ne reviendra plus dans votre liste de tâche, vous savez celle qui accumule des choses que vous repoussez parfois depuis des années…
Vous n’aurez donc plus de moment dans la journée ou vous allez vous dire « j’ai encore oublié de… »

ON PEUT LE FAIRE POUR QUOI ?

Alors là, vous pouvez le faire pour tout ! Qui n’a pas de grandes choses à faire ? Qui n’a pas de papier à trier ? Qui n’a pas toujours voulu faire des travaux ou se mettre à une activité particulière ? Préparer un voyage ? …
Ce qui va changer c’est le temps que vous allez mettre à vous préparer : quelques secondes pour passer appel et prendre rendez vous, à quelques mois pour un projet de voyage ou de gros travaux.
Je l’ai fait de mon coté, pour le sport, le réveil tôt, la création du site sur lequel vous lisez cet article, le début de ma formation de coach, des projets pour ma famille et tout un tas de choses au quotidien…

MAIS J’AI PAS LE TEMPS, J’AI PAS L’ENERGIE

On trouve le temps pour aller déménager nos amis… on a forcement du temps pour nous, surtout quand on peut découper les tâches et en faire un peu régulièrement.
Pour commencer à faire du sport ou à méditer, il suffit parfois de se lever 15 minutes plus tôt, 20 à 30 minutes pour écrire…
Ce sur quoi il faut rester vigilant c’est le sommeil et se coucher plus tôt pour garder son temps de sommeil optimal (7 à 8h pour un adulte).
Par exemple, quand j’ai décidé de revoir mon organisation pour avancer dans mes projets, j’ai mis mon réveil 1h30 plus tôt pour me lever à 5h45 et avoir du temps à consacrer à mon site internet et à d’autres projets pendant que la maison est encore endormie. Pour tenir le rythme et conserver mes 7h de sommeil, nous nous couchons plus tôt : nous prenons le rythme de repas des enfants en mangeant tôt pour avoir du temps pour nous et nous coucher à temps pour garder 7h de sommeil.

Le problème ne se situe pas au niveau du temps que l’ont a mais de celui que l’on se donne.

CONCLUSION

Le OUI a un pouvoir puissant sur la volonté et il n’est pas impossible de se le dire plus souvent. Surtout pour des choses qui importent pour nous et que l’on veut vraiment faire.
Se dire OUI c’est un moyen de repousser la procrastination et d’avancer.
Se dire OUI c’est motivant et ça montre une voie pour se le dire plus souvent. Il faut surtout faire des choses en fonction de nos capacités, ne pas viser trop haut, ni trop bas.
L’effort à réaliser n’est pas long pour se lancer et il ne vous marquera négativement longtemps.
Essayez juste une fois !

N’hésitez pas à partager vos retours d’expériences dans les commentaires. Vous pouvez également me suivre sur Facebook, Instagram, Twitter et Linkedin

A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page