CONFINEMENT


Depuis ce week-end nous sommes repartis pour quelques semaines de confinement et pour chacun d’entre nous la réaction va être différente. Certains vont se réjouir de retrouver un temps chez eux et se consacrer à des activités dont ils vont pleinement profiter et d’autre vont se sentir emprisonnés chez eux.
Dans les deux cas nous n’avons pas le choix et la meilleure façon de passer ces six semaines et de voir au maximum le positif que nous amène une situation comme celle-ci et d’en tirer profit.
Pour gérer au mieux cette étapes un peu bizarre de notre vie, l’optimisation de certains points est nécessaire pour ne pas tomber dans des travers faciles.
Nous l’avons vu avec le premier déconfinement : si le confinement n’est pas bien géré le déconfinement est difficile et mène à une baisse de motivation et un état d’esprit loin de son top niveau.
Voici quelques conseils tirés de mon premier confinement pour vous aider à mieux vivre chez vous !

Le rythme des journées

Lorsque l’on est confiné sans télétravail, on pourrait être tenter de se dire que c’est tous les jours dimanche, comme en vacances. Mais quand ça se produit aussi souvent que cette année ce n’est pas forcement la meilleure des choses à mettre en place.
Notre corps a besoin d’un rythme sommeil/éveil régulier, c’est le rythme circadien, et le décaler trop souvent et de façon importante n’est pas bon. Il est donc conseillé de garder des heures de couché de réveil pas trop éloignées de ce que vous faites habituellement, sauf si dans d’habitude votre sommeil est trop court. Essayer de profiter de ce confinement pour vous rapprocher des 7 à 8 heures de sommeil conseillées sans trop les dépasser (même le dimanche…).
Pour ceux qui pense devoir dormir plus pour compenser le rythme d’avant confinement, sachez que le sommeil ne se « rattrape » pas et que c’est le retour de la régularité et le repos de la journée qui permet de se sentir moins fatigué. Préférez la sieste après le repas du midi pour être moins fatigué par la digestion.

Puisque nous parlons de manger, restons sur le sujet : il est important de continuer à manger à heures fixe pour que le rythme de l’apport alimentaire soit le plus réguler possible. Le corps adore ça car il sait ainsi qu’il peut compter sur une énergie constante sans manque. Comme nous avons du temps pourquoi ne pas en profiter pour améliorer les menus et découvrir de nouveaux aliments. Moi qui suis un grand mangeur j’ai adorer le confinement au niveau culinaire. Cela n’empêche par de profiter d’une livraison de temps en temps, ça permet de décharger la tâche de cuisiner et ça aide nos restaurateur locaux à survivre durant cette période relevant plus de l’épreuve pour eux.

Télétravailler c’est pas si simple !

Pour ceux qui ont la possibilité de télétravailler, si votre premier confinement a été difficile voici quelques conseils pour réussir le second :
En temps normal, si vous avez des horaires de travail il est primordial de les conserver. Le plus difficile lorsqu’on travail chez soit c’est de faire la différence entre la vie au travail et la vie à la maison. Pour cela donnez vous des horaires ou vous travaillez et d’autres ou vous vous interdisez de travailler (le midi, le soir, le weekend en fonction de votre métier). Si votre activité permet de travailler quand vous le voulez, adaptez votre emplois du temps mais ne travaillez pas plus que ce que vous feriez habituellement : vous pouvez commencez plus tôt le matin mais uniquement si cela vous permet de prendre une pause plus grande pour le déjeuner (qui a dit sieste ?) ou de finir plus tôt pour profiter de temps libre le soir.

Ensuite votre espace de travail, si vous avez une pièce ou vous pouvez vous consacrer au travail chez vous c’est parfait, aménagez la de façon optimal pour être le plus productif possible et ainsi optimiser le temps que vous y passer. Cela permet de finir à l’heure donnée sans frustration de ne pas avoir accompli tout ce que l’on voulait. Dans ma pièce, par exemple, j’ai une machine à café pour le pauses et un tapis de sport pour bouger quand j’en ai besoin.
Pour ceux qui n’ont pas de pièce à consacrer au télétravail, essayez de vous aménager un espace simple pour pouvoir le ranger facilement ou au moins rendre invisible les stimulation (écran éteint ou ordinateur fermé, notifications désactivées). Si vous utilisez un ordinateur portable rangez le, même si vous laisser le reste de votre matériel sur la table, vous devrez le ressortir pour travailler et vous aurez moins l’idée de venir « vérifier un truc » qui fini en travail en dehors des heures.

Ensuite il y a rythme de travail : pour ce deuxième confinement nous avons des activités plus nombreuses à placer dans notre journée et notamment des sorties pour les enfant ou les rendez-vous qui étaient impossibles durant le premier confinement (comme aller chez l’ostéo par exemple).
Pour cela il y a une technique que j’utilise tous les jours depuis 10 ans : on place les activités imposées, comme aller chercher les enfants ou les réunions de travail planifiées, les activité importantes comme manger, faire du sport… Seulement après on place le travail, ça ne laisse parfois pas beaucoup de temps, mais en analysant le travail en présentiel on se rend compte qu’on a pas tant de temps que ça non plus avec tous les dérangements et toutes les distractions.
Pour être vraiment efficace durant ce temps, créez vous une bulle d’efficacité. Je vous donne la mienne : un casque avec une playlist « Lo-Fi », un café, une tenue décontractée et chaude, et surtout un timer pour travailler en POMODORO.
Je vous explique vite fait mais je ferai un article la dessus : le pomodoro consiste à travailler 25 minutes coupé de toutes possibilité d’être déranger et de faire une pause de 5 minutes après pour se faire un café, marcher, appeler quelqu’un… et ce cycle peut être répété sans cesse durant des heures tout en maintenant la motivation a travailler. Durant le premier confinement mes journées les plus productives ont compris 17 pomodoros soit 7h de travail intensif sans ressentir la moindre lassitude ou fatigue. C’est la magie de cette organisation de travail.

Et le corps, il aime pas le confinement non plus !?

Alors là, je suis totalement d’accord ! Déjà en temps normal, bouger est une contrainte pour pas mal de gens alors il a falloir mettre en place une petite rigueur pour bouger durant ce confinement.
Les salles de sport étant de nouveau fermées, il va falloir se motiver chez soi : tout ceux qui sont inscrit dans une salle ou qui ont un coach devraient avoir quelques cours en ligne disponibles pour entretenir leur forme. Si vous aviez des heures pour aller à la salle de sport conserver au moins de nombre d’entrainement et même les horaires que vous aviez si c’est possible.
Pour ceux qui ne sont pas sportif à la base il faut bien retenir une chose : notre lieu de vie et l’endroit le plus ergonomique du monde pour nous et nous n’y faisons pas de gestes amples. J’ai remarqué au cabinet que mes patients ne tournent pas la tête chez eux, ils lèvent rarement les mains plus haut que le tête et les genoux plus haut que la hanche. Il est donc important de conserver une bonne mobilité chez soi avec des gestes amples et des étirements.
Nous avons l’autorisation de faire une sortie d’une heure par jours (avec l’attestation remplie bien évidement) pour marcher, il faut en profiter pour sortir et marcher avec un bon rythme pour activer un peu le cardio qui n’est pas trop mis à l’épreuve chez nous.

Socialement c’est quand même difficile

Pour les être sociaux que nous sommes, le confinement est une épreuve, mais nous vivons à une époque géniale avec des moyens de communications faciles et efficaces.
Il faut cependant faire attention pour se protéger des discussions négatives et décourageantes venant des personnes qui ne voient que du mauvais dans le confinement (je sais que pour certains c’est très difficile, comme nos restaurateurs).Une discussion négative n’aide pas à passer l’épreuve, chacun a son point de vue sur la situation et si le votre est relativement positif il ne doit pas être entaché par la négativité des autres.
L’autre travers des relations sociales sont celle que nous entretenons avec nos collègues et qui peuvent nos menez à retourner vers le travail en dehors des heures définies plus haut. Veillez à ce que le temps personnel le reste et ne se transforme pas en temps de travail.

C’est dur d’être loin de le famille…

Je comprends parfaitement ce manque et il ne faut pas que cette sensation se dissipe elle est importante.
J’ai choisi de mon coté de me dire : concentrons nous sur ce que nous pouvons faire (profiter de ma compagne et des enfants) et quand il sera possible de passer du temp avec ceux qui sont loin je prendrai le temps de le faire à fond ! Gardez du temps pour appeler, faire des visios avec eux qui sont loin mais profitez avant tout du temps que vous avez avec ceux qui partagent votre foyer. Il y a toujours des choses à découvrir et des complicités à entretenir.
Ces moments sont encore plus apréciables lorsque l’on a réussi à gérer son temps, que l’on est reposé, bien alimenté et en forme !

CONCLUSION

C’est un article un peu long, mais je voulais vraiment traiter ces sujets pour vous donner quelques petites astuces afin de bien vivre ce confinement.
J’espère qu’il sera bon pour chacun d’entre vous. Si vous faites face à des problématiques que je n’ai pas traité n’hésitez pas le dire dans les commentaires !

N’hésitez pas à partager vos retours d’expériences dans les commentaires. Vous pouvez également me suivre sur Facebook, Instagram, Twitter et Linkedin

A bientôt

Romain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page